Objets anciens, champs nouveaux : l’histoire du sport au coeur de l’actualité – Compte rendu de la séance du 12 janvier 2024

Séminaire « Centres et marges de l’histoire »

Cette séance, en lien direct avec l’actualité des Jeux olympiques et paralympique de Paris 2024, est consacrée à l’histoire du sport, champ peu abordé dans les études d’histoire. 

Continuer la lecture de « Objets anciens, champs nouveaux : l’histoire du sport au coeur de l’actualité – Compte rendu de la séance du 12 janvier 2024 »

Le temporel de l’abbaye de Corbie aux XIIe et XIIIe siècles – Jean-Baptiste Edline (M2 parcours Histoire et Archéologie)

Dans ce nouveau billet de notre rubrique « Paroles d’étudiants », nous donnons la parole à Jean-Baptiste Edline, étudiant en deuxième année dans le Master Histoire, Civilisations et Patrimoine en parcours Histoire et Archéologie. Habitant à Corbie depuis son enfance, il a toujours entendu parler de son abbaye. Durant son cursus universitaire, il a également assisté aux cours de Philippe Racinet, professeur d’histoire et archéologie médiévales à l’Université de Picardie Jules-Verne, qui lui ont donné envie d’étudier le monachisme. C’est ainsi qu’il a choisi de consacrer son mémoire de recherche au temporel de l’abbaye de Corbie. C’est un travail qu’il réalise sous la direction de Benoit Rouzeau, maître de conférences en histoire et archéologie médiévales à l’Université de Picardie Jules-Verne.

Peux-tu te présenter et présenter ton parcours universitaire ?

Je suis actuellement en deuxième année de master Histoire, Civilisations et Patrimoine, parcours Histoire et Archéologie. J’ai réalisé l’ensemble de mon cursus universitaire à l’Université de Picardie Jules-Verne. J’ai choisi de m’orienter en archéologie à partir de la deuxième année de licence car j’ai pu suivre les cours de Philippe Racinet, professeur d’histoire et d’archéologie médiévales, qui m’ont donné envie d’en apprendre davantage sur l’archéologie. J’ai confirmé ce choix d’orientation en master en sélectionnant non seulement le parcours Histoire et Archéologie mais aussi la voie recherche qui implique la rédaction d’un mémoire. Je voulais poursuivre dans le domaine de l’archéologie tout en faisant de la recherche et des stages professionnalisants, ce que propose l’Université de Picardie Jules-Verne qui se situe également à proximité de mon sujet de recherche.

As-tu réalisé des stages ? Que t’ont-t-ils apportés ?

Lors de ma licence, en juillet 2021, j’ai fait un premier stage de cinq semaines sur le site de l’abbaye de Grandmont dans le Limousin sous la direction de Philippe Racinet. L’été suivant, je suis parti fouiller à Boves, sous la direction de Richard Jonvel pour une durée de deux semaines. J’ai pu y découvrir un autre type de chantier : celui de la fouille castrale. Durant cet été 2022, je suis également retourné à Grandmont pour cinq semaines afin de poursuivre ce qui avait été entrepris l’année précédente. Enfin, dans le cadre de ce master, je suis retourné à Boves en 2023 où j’ai fouillé pendant quatre semaines.

Ces stages se sont très bien déroulés et j’ai pu mettre en pratique toute la théorie apprise durant les cours de licence. De plus, cela m’a permis de découvrir plusieurs aspects de l’archéologie comme l’archéologie funéraire à Grandmont, l’archéologie du bâti, les relevés stratigraphiques, des prospections pédestres ou encore la post-fouille. Le fait de faire des stages m’a permis d’être en contact de professionnels pour me former et en apprendre davantage dans cette discipline. Ainsi, j’ai pu découvrir et mieux comprendre le métier d’archéologue. Ces stages ont surtout confirmé ma passion pour l’archéologie.

Statue du XIXe siècle de la reine Bathilde, fondatrice de l’abbaye de Corbie, Musée des Amis du Vieux Corbie, © Jean-Baptiste Edline

Quel est ton sujet de mémoire ? Quels sont les objectifs et les enjeux du sujet ?

Je travaille sur le temporel de l’abbaye de Corbie du XIIe jusqu’au XIIIe siècle. Cette abbaye bénédictine, fondée par la reine Bathilde entre 657 et 661, a été très importante en Occident et a constitué un grand centre intellectuel. J’étudie toutes les possessions qu’a pu obtenir l’abbaye entre le XIIe siècle et le XIIIe siècle. En effet, les différents abbés disposaient d’un double pouvoir : sur le plan spirituel en tant qu’abbé, et sur le plan temporel en tant que comtes de Corbie. Cela fait partie des privilèges obtenus lors de la fondation de l’abbaye. C’est à ce titre que plusieurs phases d’acquisitions ont pu être menées par l’abbaye, permettant de compléter et varier ses possessions. Une partie des possessions se trouve ainsi dans le diocèse d’Amiens, une partie moins importante dans l’Artois et une petite quantité dans l’Aisne et l’Oise actuelles. La seconde partie du domaine se trouve en Basse-Lotharingie et en Flandre, soit en Belgique actuelle.

La période que j’étudie commence en 1097 sous l’abbatiat de Nicolas Ier et se termine vers 1315 sous l’abbatiat de Garnier de Bourrenc. Cette période, pendant laquelle dix-huit abbés se sont succédés, se démarque par les nombreuses phases d’acquisitions menées par l’abbaye. Par ailleurs, elle n’a pas été beaucoup étudiée. Ainsi, mon objectif est de faire le bilan de l’activité du temporel durant ces deux siècles, en le comparant par la suite avec les deux périodes importantes pour l’abbaye, c’est-à-dire la période mérovingienne et carolingienne, puis l’époque moderne avec les mauristes.

Frise chronologique des différents abbés entre 1097 et 1315, Frsechrono.fr, ©Jean-Baptiste Edline

Une des étapes centrales de mes recherches est de faire l’inventaire de toutes les possessions de l’abbaye à cette période, de voir les différents types de biens et ainsi de délimiter spatialement le domaine abbatial. Pour ce faire, je les classe dans différentes catégories : par exemple, les biens agricoles ou religieux dans l’ensemble du domaine de Corbie qui s’étend d’Arras à Amiens en passant par l’actuelle Belgique. Mon sujet a aussi comme objectif de démontrer les liens entre les différentes possessions ainsi que les moyens de gestion mis en place par l’abbaye, notamment pour les régions les plus éloignées.

La dernière partie de ma recherche dresse un bilan de toutes les informations que j’ai pu trouver concernant cette abbaye, avec par exemple, la mise en lumière des prévôtés. D’autres abbayes, notamment avec des origines carolingiennes et surtout bénédictines disposent de prévôtés, comme Saint-Vaast d’Arras ou Saint-Bertin de Saint-Omer. Les prévôtés sont à rapprocher des prieurés: le prieur est à la tête d’un prieuré, le prévôt à la tête des prévôtés. Le prévôt et le prieur sont tous les deux des intermédiaires entre l’abbé et les possessions/droits que possède l’abbaye. Le prieur est un religieux qui est à la tête d’une communauté et d’un monastère placé sous l’autorité de l’abbaye mère. Il représente l’abbé et gère les biens à distance. Dans l’ensemble, le prévôt a les mêmes fonctions, mais il peut être laïc. De plus, sa circonscription ne concerne pas obligatoirement un monastère (comme pour le prieur), une prévôté peut concerner une église ou d’autres lieux et le prieur agit dans un premier temps (sous les carolingiens) comme le second de l’abbé. Il existe donc pour Corbie à la fois des prévôtés, c’est-à-dire placées sous l’autorité directe d’un prévôt, et des prieurés, placés cette fois sous l’autorité d’un prieur. Mon objectif est donc de comprendre dans le détail, la différence d’appellation de certains biens, puisqu’en théorie ces deux intermédiaires ont les mêmes fonctions.

De plus, la dernière partie de mon mémoire met en avant l’évolution des possessions sur l’ensemble de la période et va me permettre d’effectuer une comparaison entre les activités temporelles de l’abbaye entre le XIIe et le XIIIe siècle et ses deux âges d’or de celle-ci (époque mérovingienne et carolingienne / époque moderne). De cette façon, il pourra être possible de montrer les évolutions du temporel, qu’elles aient été croissantes ou non.

Domaine foncier initial accordé à l’abbaye de Corbie selon le faux diplôme de Clotaire III, Adobe Illustrator, Jean-Baptiste Edline
Possessions de l’abbaye en Belgique actuelle à la fin du XIIIe siècle, Qgis, ©Jean-Baptiste Edline

Qui dirige tes recherches ?

Je travaille sur ce sujet sous la direction de Benoît Rouzeau, maître de conférences en histoire et archéologie médiévales à l’Université de Picardie Jules-Verne. Il est spécialiste du monachisme, et plus particulièrement des cisterciens. De plus, il est également archéologue, ce qui correspond parfaitement à mon parcours et à mon sujet de recherche. Philippe Racinet aurait également pu être mon directeur de mémoire, puisqu’il est lui aussi spécialiste du monachisme, notamment de Cluny, mais il est parti en retraite en 2023 et ne pouvait donc me suivre pendant mes deux années de Master.

Pourquoi avoir choisi ce sujet de mémoire ?

J’ai choisi ce sujet de mémoire, dans un premier temps, car les travaux menés sur l’abbaye de Corbie étaient principalement consacrés à la période de fondation, dans la seconde moitié du VIIe siècle ainsi qu’à sa période qualifiée « d’essor » sous les Carolingiens, ainsi qu’à l’étude des chartes et diplômes, à la vie de quelques abbés comme Adalard, ou encore au scriptorium et aux écrits de l’abbaye. Le temporel de l’abbaye est ponctuellement mentionné pour ces premières périodes mais moins pour le Moyen Âge central. Enfin, une étude avait déjà été réalisée pour la Basse-Lotharingie par Chantal Zoller-Devroey pour les XIIe et XIIIe siècles. J’ai choisi de me concentrer sur cette période puisqu’il persiste une tradition qui considère cette période comme un âge sombre de l’abbaye en lien avec des déclins et difficultés financières des abbayes bénédictines. Ainsi, il est intéressant d’étudier cette période peu traitée pour mieux connaître l’histoire de l’abbaye.

Quelles sont les sources qui te permettent de traiter ton sujet ? Où sont-elles conservées ? Était-ce simple pour toi d’avoir accès à ces sources ?

Mon mémoire a pour principal objectif de montrer une évolution du temporel de l’abbaye, j’avais donc besoin d’un point de départ matériel. La première source dont j’avais besoin chronologiquement était le diplôme de la fondation de l’abbaye, qui est non daté et attribué à Clotaire III. Cependant, quelques éléments suggèrent qu’il s’agit d’un faux. Son contenu expose tous les privilèges et les biens qui ont été accordés à l’abbaye de Corbie lors de sa dotation initiale. Il existe des transcriptions et plusieurs analyses du diplôme dans des ouvrages tels que ceux de Michel Rouche ou de Josiane Barbier et Laurent Morelle. Pour ma période, les deux principales sources sont le cartulaire noir et le cartulaire de Corbie. Je me suis aidé également d’un inventaire du XVIIIe siècle, nommé inventaire de Lemoine, reprenant chronologiquement quelques évènements liés à l’abbaye, souvent à partir du XIIIe siècle et parcourant toute la période moderne. Il est conservé aux Archives départementales de la Somme. Mes sources sont donc majoritairement manuscrites. En complément, d’autres sources archéologiques sont conservées par le SRA (Service Régional de l’Archéologie) à Amiens et constituent un apport matériel pour mon sujet par rapport aux sources textuelles.

Quant à l’accessibilité des sources, la majorité a été numérisée et mise en ligne par les institutions patrimoniales, et d’autres sont disponibles aux Archives départementales de la Somme. Je n’ai donc rencontré aucune difficulté pour y avoir accès.

Extrait du Cartulaire de Corbie (1064-1095) ©Gallica

Peux-tu présenter une source représentative de ton sujet ?

L’une des sources les plus importantes de mon sujet est le cartulaire noir de Corbie. Il est conservé à la Bibliothèque nationale de France au sein du Département des Manuscrits. Il s’agit d’un grand recueil reprenant toutes les chartes liées à l’abbaye du XIIe jusqu’au XVe siècle. Le cartulaire noir a été rédigé en plusieurs étapes : dès 1185-1187 jusqu’au XVe siècle avec des commentaires rajoutés ultérieurement. L’un des moines copistes est Jean de Candas, prévôt de l’abbaye, qui l’a rédigé dès 1295. Il recèle par exemple des détails relatifs à des litiges entre seigneurs et abbés. Il reprend également une série d’évènements, relatés de manière chronologique, notamment en lien avec la gestion des biens de l’abbaye et des évènements qui se sont déroulés dans le territoire de l’abbaye. Le cartulaire a l’intérêt d’être consultable en ligne via Gallica, ce qui facilite ma recherche.

Extrait du cartulaire noir de Corbie ©Gallica

Quelle est ta manière de procéder ? As-tu des méthodes ou des outils particuliers ? Un calendrier ? Une application ?

Ma méthode repose, tout d’abord, sur un travail de recherche et de prise de notes. Je mets en relation les sources et les ouvrages qui m’intéressent. Puis, je classe mes notes par rapport à mon plan de mémoire pour faciliter mon travail ultérieur. Avant la rédaction, je m’aide d’Excel ou d’une base de données (Access) pour réaliser un inventaire : cela a été utile pour mon premier chapitre sur l’organisation spatiale du domaine de l’abbaye. J’utilise aussi Adobe Illustrator pour réaliser des cartes, à partir des données que j’ai inscrites dans mes inventaires. Pour l’organisation de mon travail, je n’utilise pas de calendrier particulier. J’accorde plusieurs heures par semaine à la recherche et à la rédaction.

Extrait de l’inventaire des différentes possessions, réalisé sur Excel ©Jean-Baptiste Edline

Quelles sont les difficultés que tu as rencontrées dans la réalisation de ton mémoire ?

Une des principales difficultés que j’ai pu rencontrer est le latin. J’ai pu y être initié au collège mais certaines notions me manquaient. Les cours proposés par le master m’ont permis de me perfectionner. De plus, je n’avais pas rédigé de mini-mémoire en L3 puisque je suivais le parcours archéologie depuis la L2, la méthodologie d’un mémoire m’était donc inconnue. Ainsi, dans un premier temps, j’ai manqué de méthode dans l’étude et l’analyse de mes sources, et j’ai mis du temps à réunir toute la bibliographie utile pour ma recherche. En outre, une très grande quantité de sources concerne l’abbaye de Crobie et j’ai eu tendance à me perdre face à ces documents d’archives. Le temps a été le meilleur moyen pour surmonter cette difficulté. J’ai également trié mes sources, étape par étape , en les séparant selon les thèmes de ma recherche et le plan de mon mémoire. De cette manière, j’ai pu être organisé dans mon travail.

Quel est ton projet professionnel après le master ?

J’envisage de continuer dans le domaine de l’archéologie, et plus spécifiquement d’être sur le terrain. Je suis encore en réflexion pour affiner mon futur parcours professionnel mais je souhaite m’orienter davantage vers l’archéologie pratique plutôt que de poursuivre la recherche. J’aimerais par ailleurs découvrir l’archéologie préventive.

Billet rédigé par Juliette Noguès (M1 Pouvoir et Sociétés), Antonin Petitet (M1 Métiers des archives et technologies appliquées) et Inès Plaza (M1 Phénomène Guerrier)

Le personnel de l’école de préservation de Clermont-de-l’Oise – Capucine Tallon (M2 Pouvoir et Sociétés)

Pour ce premier billet de l’année universitaire 2023-2024, nous donnons la parole à Capucine Tallon, étudiante en deuxième année dans le master Histoire, Civilisations et Patrimoine, parcours Pouvoir et Sociétés. Passionnée depuis longtemps par la période contemporaine et par l’histoire sociale, elle a décidé de travailler sur les écoles de préservation, des maisons de correction pour jeunes filles jugées comme délinquantes. Elle travaille plus particulièrement sur l’établissement de Clermont-sur-Oise, actif de 1908 à 1947, et sur le personnel de l’établissement. Elle réalise ce mémoire de recherche sous la direction de Manon Pignot et de Clémentine Vidal-Naquet, toutes les deux maîtresses de conférences en histoire contemporaine à l’Université de Picardie Jules-Verne.

Continuer la lecture de « Le personnel de l’école de préservation de Clermont-de-l’Oise – Capucine Tallon (M2 Pouvoir et Sociétés) »

Jeux d’échelle : la micro-histoire à l’heure de l’histoire globale – Compte-rendu de la séance du 17 novembre 2023

Séminaire “Centres et marges de l’Histoire”


Cette deuxième séance de séminaire est consacrée à une démarche historiographique, celle de la micro-histoire. La citadelle de Doullens, sujet de l’intervention de Pauline Secchioni, pose ainsi la question de la pérennité de la marginalité. Les citadelles sont construites sur des frontières mais celles-ci peuvent être mouvantes et transformer les citadelles en des monuments marginaux. La deuxième intervention, de Maria-Luisa Bonsangue, porte sur la cité de Narbonne, lieu d’échange entre un centre, celui de la péninsule italienne, de la Gaule et de la péninsule ibérique. C’est une marginalité territoriale, politique, sociale et économique qui offre à la cité de Narbonne une place particulière dans le monde romain.

Continuer la lecture de « Jeux d’échelle : la micro-histoire à l’heure de l’histoire globale – Compte-rendu de la séance du 17 novembre 2023 »

Conception et représentation des marginalités – Compte rendu de la séance du 27 octobre 2023

Séminaire “Centres et marges de l’Histoire”

Cette séance marque le début du séminaire « Centres et marges de l’histoire », organisé dans le cadre du master Histoire, Civilisations et Patrimoine (Université de Picardie Jules-Verne) avec le soutien des laboratoires CHSSC et TrAme ainsi que la SFR Territoires historiques. À travers trois interventions, cette séance a questionné les modalités d’écriture de l’histoire des communautés considérées comme marginales.

Continuer la lecture de « Conception et représentation des marginalités – Compte rendu de la séance du 27 octobre 2023 »

Le phénomène guerrier au musée – Hugo Grepet (M2 Phénomène Guerrier)

Pour ce dernier billet de l’année universitaire 2022-2023, nous vous proposons de découvrir le témoignage de Hugo Grepet, étudiant en deuxième année du Master Histoire, Civilisations et Patrimoine, parcours Phénomène Guerrier (PG). Ayant un attrait pour la médiation scientifique ainsi que pour le monde militaire, il a choisi de suivre une voie plus professionnalisante et réalisé un stage en première année de master, d’une durée d’un mois, au sein du Musée des blindés de Saumur. Dans le cadre de son Master 2, il a effectué un premier stage, d’une durée de trois mois, au sein du Musée des Troupes de Marine de Fréjus, et en a réalisé un second d’une durée d’un mois et demi au Musée royal de l’Armée et d’Histoire militaire à Bruxelles.

Continuer la lecture de « Le phénomène guerrier au musée – Hugo Grepet (M2 Phénomène Guerrier) »
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search