Conception et représentation des marginalités – Compte rendu de la séance du 27 octobre 2023

Séminaire “Centres et marges de l’Histoire”

Cette séance marque le début du séminaire « Centres et marges de l’histoire », organisé dans le cadre du master Histoire, Civilisations et Patrimoine (Université de Picardie Jules-Verne) avec le soutien des laboratoires CHSSC et TrAme ainsi que la SFR Territoires historiques. À travers trois interventions, cette séance a questionné les modalités d’écriture de l’histoire des communautés considérées comme marginales.

Si les marges sont souvent le résultat de constructions sociales, politiques ou culturelles, elles se définissent surtout par rapport à un centre. Néanmoins, la multiplicité des facteurs entraîne l’impossibilité de délimiter, et même appréhender, précisément une marge. Par ailleurs, la notion de marge n’implique pas obligatoirement la marginalisation: la marge peut être celle qu’on crée pour soi (protection, isolement, distinction) ou celle qu’on crée pour isoler les autres. Ainsi, l’expression de population marginalisée renvoie le plus souvent à une minorité. Or, cette minorité ne devient marginale que lorsque se met en oeuvre un phénomène de mise à l’écart du reste de la société. L’exemple des femmes dans l’histoire en est le plus évident : les femmes sont-elles des minorités ? Du point de vue démographique, non. Du point de vue juridique, à certaines époques et dans certaines sociétés, les femmes ont été considérées comme mineures, au même titre que les enfants. Elles sont également mises à l’écart de la société pour certaines tâches. Il est ainsi important de se questionner non seulement sur la représentation de ces communautés marginalisées mais aussi sur leur production archivistique: leur marginalité a pu avoir des répercussions sur la conservation de leurs archives, pourtant essentielles pour les étudier et ne pas dépendre uniquement des archives produites par les pouvoirs à l’origine de leur mise à l’écart.

Démographie historique et humanités numériques comme méthodes de recherche pour l’histoire des minorités, fin XVe-fin XIXe siècles

Michaël Gasperoni est chargé de recherche au CNRS (Centre Roland Mousnier, UMR 8596)

La démographie historique permet d’aborder de nombreux sujets comme la transmission du patrimoine, la nuptialité, la parenté, la mortalité ou encore la santé. Elle est autant associée à des études qualitatives, à échelle micro, qu’à des études quantitatives, à échelle macro, et se prête bien à l’utilisation d’outils numériques. Ces derniers peuvent permettre de reconstituer des généalogies, ce qu’a fait Michaël Gasperoni pour étudier une minorité à l’époque moderne: les communautés juives en Italie. Celles-ci ont deux particularités : un maintien continu sur le territoire italien, et la présence de rites différents (italien, ashkénaze et séfarade). Ces populations, souvent associées à une forte mobilité, sont en réalité très sédentaires comme le révèle l’étude menée sur 133 000 mariages. Un atlas et une base de données ont été constitués, permettant de représenter les évolutions des populations juives dans le temps et l’espace, avec toutefois la difficulté d’y intégrer l’évolution des frontières politiques. Les liens de parenté et la consanguinité ont aussi été étudiés. Les outils créés ont été mis à contribution pour éclairer de nombreux aspects : les migrations et leur type, la structure des ménages ou encore les réseaux matrimoniaux.

Au début de l’époque moderne, les communautés juives d’Italie se concentrent dans le sud de la péninsule, mais celui-ci étant un territoire espagnol, ils sont expulsés vers le nord. Un premier ghetto, défini par Luciano Allegra comme une « enclave pénalisée par de drastiques interdictions qui en modelaient l’identité », est créé à Venise en 1516. Ce modèle, alternatif à l’expulsion, se répand et devient le cadre de vie standard des Juifs en Italie. Expulser complètement les Juifs est en effet difficile, car ceux-ci sont intégrés au tissu social par divers liens. Auparavant dispersés en de nombreuses communautés, ils se retrouvent expulsés vers l’intérieur d’un nombre restreint de villes, augmentant la population de ces dernières. Pour autant, le processus de ghettoïsation est long et non linéaire, comprenant des accalmies, transitions et retours en arrière selon les convictions des papes en exercice, parfois prêts à des compromis, par réalisme politique et économique, tel Sixte V (1585-1590), parfois radicaux, réduisant la liste de villes où les Juifs peuvent résider, tel Clément VIII (1592-1605).

De nombreuses typologies d’archives peuvent être mobilisées pour étudier ces communautés : archives notariales, judiciaires, privées, ou encore archives produites par des institutions ecclésiastiques catholiques, qui comprennent des recensements et des documents judiciaires, les tribunaux catholiques dont l’Inquisition pouvant être appelés par des Juifs lors de conflits. La documentation notariale est particulièrement abondante, et se compose à 90 % de contrats de mariage, ce qui n’est pas étonnant au regard du rôle essentiel du mariage dans la transmission du patrimoine chez les minorités juives. Cela explique l’importance de mariages entre des personnes au degré de parenté considéré comme incestueux par l’Église catholique (entre cousins par exemple), afin de garder un patrimoine dans une même famille, ou encore le remariage d’un homme avec la soeur de son épouse si cette dernière venait à décéder, économisant une dot à la famille de la mariée et un remboursement à effectuer pour le mari. On trouve aussi des documents relatifs aux successions comme des testaments, des transactions économiques, des arbitrages ou encore des litiges. Les biens de ces communautés peuvent également être étudiés à partir d’inventaires après-décès, de listes fiscales et de cadastres. Des sources du for privé, par exemple des livres de raison, peuvent aussi nous renseigner sur les généalogies. Enfin, dans la seconde moitié du XVIe siècle, apparaissent des registres d’état civil, peut-être inspirés par les registres paroissiaux alors davantage réglementés par le concile de Trente. Ces registres notent dans un premier temps les circoncisions, mais s’y ajoutent progressivement les naissances, mariages et décès. On peut encore citer les registres des confréries, qui sont nombreuses et variées. Elles peuvent se concentrer sur l’aide aux pauvres, aux études, ou encore aux hospices.

Les études démographiques sur les minorités juives de l’Italie moderne permettent d’étudier, entre autres, les évolutions de la population, la structure des ménages, les migrations et les réseaux matrimoniaux. De manière plus générale, elles permettent de tester le rapport aux normes et la tolérance des sociétés productrices de ces normes. À travers l’étude des mariages, on peut aussi en apprendre sur les mobilités sociales et l’intégration d’une minorité dans une société.

Questions posées à la fin de l'intervention
- Y-a-t-il eu des travaux italiens sur ces questions ?
Il y en eu, mais leurs résultats peuvent être difficiles à réutiliser, pour plusieurs raisons. Le réemploi de données numériques issues de ces travaux est entravé par le vieillissement des supports utilisés, dans le cas de disquettes par exemple. De plus, les questionnements qui conditionnent l’angle d’attaque sur les sources ont pu changer au cours du temps. D’autres travaux, sur d’autres minorités, ont pu utiliser des outils libres d’accès pour tous et proposer des modes d’emploi de leurs bases de données, facilitant la réutilisation.

- Des travaux ont-ils été menés pour quantifier les déplacements de ces communautés ?
Pas vraiment, car on ne dispose pas de sources suffisantes pour les mesurer : tous les ghettos n'ont pas produits des sources de même richesse et quantité. En outre, chaque spécialiste travaille davantage sur une ville qu’un ensemble, ce qui ne facilite pas une telle étude.

- Quel était le sort des archives des communautés juives en cas d’expulsion ?
Ce sont surtout les grandes communautés urbaines qui ont conservé leurs archives. Certains documents avaient un caractère à la fois privé et public (notamment les actes d’état civil) : ils étaient conservés par des particuliers (notamment des rabbins, qui circulaient de communautés en communautés). Retracer leur cheminement est donc difficile.

Femmes combattantes en France à l’époque moderne : une minorité active

Marion Trévisi est maîtresse de conférences en histoire moderne à l’Université Picardie Jules Verne et membre du  CHSSC (UR 4289)

Dans les guerres de l’époque moderne, les femmes sont souvent réduites au rôle de victimes. La mentalité antique, qui dépeint la femme comme faible, demeure et s’additionne à des siècles de christianisme restreignant les femmes au seul devoir d’enfanter. L’entrée dans l’armée leur est donc refusée. La guerre constitue cependant un moment qui brouille les règles de genre. De fait, les femmes y ont pris une part assez active, au sein d’une zone poreuse des armées dans laquelle elles pouvaient s’insérer. Plus encore, certaines combattent, ce qui constitue la transgression de genre la plus importante.

Marion Trevisi présente tout d’abord le cas des femmes défendant leur ville lors de sièges. Ces cas sont connus par des récits de sièges, exclusivement rédigés par des hommes, qui décrivent l’action des femmes en reproduisant divers stéréotypes, notamment par le regard religieux tantôt catholique, tantôt protestant. Jeanne Hachette (Beauvais), en 1472, est décrite comme faisant partie de la défense de la ville par les femmes, qui par esprit de résistance jettent des pierres et lancent des “grenades” sur l’ennemi. Le plus souvent, les femmes transforment des objets de la vie courante en armes rudimentaires. Il existe aussi des cas où elles recourent à de véritables armes de guerre, comme à Livron en 1574, où des témoignages font état de femmes maniant l’arquebuse. De même, au XVIe siècle, les femmes de guetteurs avaient le devoir de remplacer leur mari s’il venait à mourir; dans les faits, elles étaient vite remplacées. Enfin, plus le siège dure, plus les femmes s’engagent de façon importante dans la lutte. Le risque pour elles est fort car plus la résistance d’une ville est longue, plus la prise de la ville qui comprend une part importante de violences sexuelles, sera destructrice.

En 1621, à Montauban, sont décrits des affrontements au corps à corps avec des compagnies de femmes dirigées par des hommes, ainsi que des coups de pique, d’épée, des descentes en tranchées, l’utilisation du feu par des femmes et le sabotage de canons ennemis. Les auteurs parlent d’“amazones” et il est parfois dit que la femme se fait homme, le courage étant considéré comme une valeur masculine. En 1628, à Saint-Affrique, est noté le combat des femmes et des hommes avec une inversion des genres. Les femmes sont décrites comme courageuses et les hommes comme lâches. Par ailleurs dans le récit de Montauban en 1621, les auteurs cherchent à justifier le rôle des femmes au combat : la foi, le devoir, le rôle de mère ou de femme. À la fin du siège, les femmes retrouvent systématiquement leur rôle traditionnel, leur rôle guerrier n’est justifié que de façon temporaire, par la situation de crise.

Deuxièmement, il y a le cas des femmes combattantes dans les armées qui, telles les sœurs Fernig en 1793, s’habillent en homme pour pouvoir se fondre dans la troupe, y trouvant une forme d’émancipation. L’existence de ces femmes est connue grâce à des demandes de gratification et de pension pour les périodes de la Révolution et de l’Empire. Cependant il est difficile d’aboutir à des chiffres fiables sur leur nombre. Sont aussi connues une dizaine de femmes suivant leur mari ou amant, parfois en se travestissant en homme. Pour chaque femme combattante, il n’y a pas de précisions de faits d’armes, les officiers dupés les valorisant plutôt par leur conduite sage (absence de relations sexuelles) et valeureuse.

On peut donner divers exemples de femmes soldats de l’époque moderne. Marie Bertrand, découverte à l’occasion d’une blessure, est ensuite renvoyée. Elle demande toutefois à garder ses habits d’homme et finir ses 6 ans de service militaire. Pendant la Révolution Française, “l’héroïne Chapuy” est connue par une pétition portée à l’Assemblée Nationale. Elle retourne en janvier 1794 à l’armée, après avoir servi 10 mois dans la cavalerie en 1793, et avance une légitimation patriotique à sa transgression. On peut aussi évoquer les cas de Jeanne Barrère dans la 5e demi-brigade de chasseur pendant 3 ans et de Félicité Duguet dit “Vadeboncoeur”, fusilier du 7 septembre 1792 à février 1793, puis recrutée comme poste logistique en juillet 1793 à cause du manque de personnel compétent.

Dans la France de l’époque moderne, les femmes sont toujours présentes dans l’armée et dans la guerre, remplissant services et engagements. Celles qui combattent en uniforme, quand elles sont découvertes, reçoivent de leurs officiers une attitude conciliante, par des mots reconnaissant leur bonne morale et leur valeur, questionnant la vision que l’on peut avoir du monde militaire et du tabou de la violence féminine à l’époque moderne.

Questions posées à la fin de l’intervention
- Y-a-t-il eu des femmes dans la marine ?
Très peu sont connues en France, mais des études plus riches existent pour l'Angleterre.

- Y-a-t-il eu des punitions pour des femmes jugées trop violentes en contexte de guerre ?
Il n’y a pas de cas de jugement par rapport au comportement des femmes au combat, mais on note des procès à l’encontre de prostituées qui suivaient les armées et sont souvent punies par des moqueries publiques. Pour ce qui est des femmes soldats, on assiste toujours à une adaptation des règlements pour les écarter.

- Sont-elles présentes dans les registres de sépultures ?
On peut y trouver la manière dont les femmes sont mortes et ainsi obtenir des pistes sur de potentielles combattantes.

La maladrerie de Saint-Lazare (Oise). Bilan des recherches archéologiques, 2002-2020

Laëtitia Bouniol  est attachée de conservation du patrimoine au service archéologique de la ville de Beauvais

Une maladrerie est un établissement charitable spécialisé dans l’accueil des personnes atteintes de la lèpre. Au Moyen Âge, la ville de Beauvais en comporte trois. Elles ont été construites afin de répondre aux besoins du nombre croissant de lépreux entre le XIe et le XIIIe siècle. La perception des maladies et de la médecine est alors bien différente de celle d’aujourd’hui et s’appuie sur une conception aérienne de la contagion. C’est pourquoi les lépreux sont isolés. Les maladreries sont aussi un moyen d’expression de la charité de l’Église.

La maladrerie Saint-Lazare de Beauvais, fondée entre la fin du XIe et le début du XIIe siècle, se trouve le long d’un ancien axe Paris-Beauvais, et s’étend sur 3 hectares. C’est l’un des rares exemples d’architecture hospitalière médiévale encore conservés aujourd’hui. Elle a été acquise en 2000 par la ville de Beauvais. À la suite de cette acquisition, le site a fait l’objet d’opérations d’archéologie préventive. Tout d’abord, a eu lieu une première phase de diagnostics, durant laquelle des tranchées linéaires et des sondages ponctuels ont été réalisés entre 2002 et 2008. Puis, deux fouilles préventives ont été menées, la première en 2007, la seconde en 2013. En 2019-2020, une opération de sondage a été réalisée lors de la restauration de la toiture du logis.

La première phase de diagnostic s’est déroulée sur un espace d’activité agricole comprenant une grange, une bergerie et deux pigeonniers. La grange est un bâtiment de taille importante, avec un espace de 760 m², pour une capacité de stockage de 7700 m3 et était composée de 3 nefs. Des graffitis témoignent d’abondantes récoltes. L’architecture du bâtiment se rapproche de celle des abbayes cisterciennes des XIIe et XIIIe siècles dans l’Oise. Les chênes utilisés pour la construction de la charpente ont été datés par dendrochronologie, leur période d’abattage est estimée entre 1219 et 1220. Pour ce qui est des pigeonniers, on sait qu’ils n’étaient pas utilisés à la même époque. Le premier, fouillé en 2008, se trouvait à proximité du pignon sud ouest de la grange. C’est un pigeonnier typique des XIVe et XVe siècles. Le second, dont les fondations ont été retrouvées lors du diagnostic de 2006, était un pigeonnier octogonal fait de briques et de pierres et construit au XVIIe siècle.

La deuxième phase de diagnostic, menée en 2008, a été réalisée sur les espaces de vie en communauté. Des bâtiments ont été retrouvés, mais leurs usages sont encore ignorés. L’organisation de la vie communautaire à la maladrerie est méconnue, tout comme le nombre de malades qui y étaient accueillis. Les auteurs s’accordent sur un nombre maximal de 15 malades vivant en même temps à la maladrerie au Moyen Âge. Par contre, on sait qu’au cours du XVe siècle, la maladrerie Saint-Lazare a accueilli des malades venant des alentours de Beauvais, la lèpre se faisant plus rare. Durant la deuxième moitié du XVIe siècle, on sait que 21 malades y étaient présents.

En 2013, la fouille de grandes latrines maçonnées a permis d’en apprendre davantage sur le régime alimentaire des habitants. On y a trouvé les traces de la consommation d’une grande variété de fruits et légumes, et une consommation en viandes, qui s’appuie majoritairement sur des animaux domestiques, comme le pigeon ou encore la volaille, ainsi que des poissons d’eau douce et de mer. On y a également retrouvé une quantité importante de mobilier en céramique, du XIIIe au XIVe siècle (1 365 vases, dont 80 % conservés entièrement), regroupant des productions locales, mais aussi des productions de Normandie et d’Île-de-France. Par ailleurs, 11 autres fosses détritiques plus petites ont été découvertes sur le site dans le cadre de diagnostics. Ces résultats soulignent le niveau social élevé des utilisateurs des XIIIe et XIVe siècles.

D’autres bâtiments ont été découverts lors de fouilles, comme le pressoir, un bâtiment auquel on attribue une fonction de dortoir, ou encore le logis. C’est un bâtiment de 227 m² de superficie avec étage, qui est lui, encore présent sur l’axe de la rue de Paris. C’est devenu un bâtiment agricole au XIXe siècle, il a donc été grandement transformé. Le rez-de-chaussée du bâtiment présentait au moins deux salles, tandis que l’étage n’en présentait qu’une seule. Les fouilles ont permis la découverte des restes de 3 cheminées.

En 2019-2020, lors du suivi de restauration de la toiture du logis, 108 tuiles vertes ont été retrouvées sur le pan ouest, côté rue. Elles devaient donner un aspect luxueux au bâtiment. Concernant les fenêtres, a été remarquée lors de ces études une différence de traitement entre les baies vitrées Ouest et Est, celles côté rue étant plus travaillées que les autres. De plus, des restes d’éléments de vitres ou de vitraux, certains de couleur rouge, ont été observés. La charpente a été datée par dendrochronologie de 1270-1271. De plus, sur deux des entraits du logis (éléments de la charpente correspondant à la pièce horizontale allant d’un mur à l’autre) ont été retrouvés des traces de peintures jaunes et noires en damier. La fonction de ce grand bâtiment est mal connue, mais il semble qu’il ait servi d’habitation. Il permettait aussi de montrer la richesse du lieu depuis l’extérieur. Par ailleurs, les restes d’un bâtiment antérieur ont été mis en évidence.

À proximité du logis, une chapelle, construite entre la fin du XIe et le début du XIIe siècle, ainsi que des loges ont été découvertes. Ces dernières ont été construites au XVe siècle, dans un contexte où l’image du pauvre dans la société se dégrade. Elles sont plus rudimentaires que les bâtiments précédents.

Au sud de la chapelle, un cimetière d’environ 1300 m² a été mis au jour. Aucune des inhumations ne présente de mobiliers associés. Cependant, la présence de clous et d’épingles laisse supposer des inhumations en linceul et/ou en cercueil. Certaines tombes sont également construites avec une logette céphalique afin de maintenir le crâne. Ce dispositif était assez fréquent au Moyen Âge et subsiste jusqu’au XIIIe siècle. En 1673, la maladrerie est rattachée au bureau des pauvres, le cimetière pourrait avoir accueilli les dépouilles d’indigents jusqu’au XVIIIe siècle. Des estimations portent à 300 le nombre de squelettes, qui regrouperaient des individus du XIe au XVIIIe siècle.

En dehors du site de la maladrerie, on trouve l’enclos des pestiférés. En 1623, la maladrerie Saint-Lazare est choisie pour isoler les personnes atteintes de la peste. Les anciens bâtiments utilisés pour les lépreux n’ont pas été utilisés, mais on ne sait pas pourquoi. Peut-être est-ce par peur d’une contagion, mais rien n’est sûr. L’enclos des pestiférés est composé de plusieurs bâtiments : une infirmerie, des loges et un cimetière. Le bâtiment d’infirmerie est encore en partie conservé. Les bâtiments comportent des fenêtres avec barreaux, ainsi que des portes avec serrures, car la sortie en est interdite avant la guérison. Un cimetière se développe au nord de ce bâtiment, il est majoritairement composé de sépultures plurielles (5 individuelles seulement), avec deux charniers comportant jusqu’à 170 squelettes. Il est utilisé jusqu’en 1640. À l’issue de l’opération, près de 500 squelettes ont été mis au jour. Le profil de mortalité observé dans ce cimetière est caractéristique d’une crise épidémique, avec une surmortalité des très jeunes enfants et des jeunes adultes (20-29 ans), et une prédominance des individus de sexe féminin. Dans ce cimetière, deux squelettes présentent des cas particuliers. Le premier correspond à un individu de 30 ans atteint d’hypertrophie osseuse; le second présente une tumeur cartilagineuse à droite du pubis, ayant probablement été mal diagnostiquée par les médecins de l’époque comme un bubon pesteux.

Pour conclure, le site de la maladrerie Saint-Lazare présente une importante richesse archéologique. Les opérations de fouille ont mis en lumière une occupation très dense. De plus, les bâtiments encore en élévation aujourd’hui possèdent de grandes qualités architecturales. Néanmoins, certaines questions demeurent, notamment quant à la réelle fonction de certains bâtiments, ou à l’évolution exacte du site au fil du temps.

Questions posées à la fin de l’intervention
- Trois maladreries, n’est-ce pas beaucoup pour une ville de la taille de Beauvais ?
Certaines maladreries peuvent être de taille très réduite, n'accueillant que 2 ou 3 malades. Lorsque les cas de lèpres vont en diminuant, les maladreries sont abandonnées.

- Les fosses pourraient-elles permettre d'établir une chronologie des épidémies?
Non, pas vraiment, mais on peut émettre des hypothèses. Les charniers peuvent correspondre à des périodes de pics épidémiques et les plus petites fosses à des épisodes épidémiques moins importants. Il est néanmoins difficile de les dater précisément.

- Sait-on s’il y a des sépultures dans la chapelle? Y-avait-il une différence de signification entre les tombes construites et non construites?
Quelques sondages ont été effectués dans la chapelle et 6 tombes ont été découvertes. Par ailleurs, les tombes construites ne soulignent pas nécessairement l’importance d’une personne, c’est une mode au Moyen Âge.

- Les prochaines fouilles ont-elles été prévues?
Pour l’instant non, car aujourd’hui la maladrerie est un espace culturel. Les prochaines opérations archéologiques dépendront des projets (de restauration ou d’aménagement) envisagés pour la maladrerie.

Compte rendu rédigé par Basile Caillet, Théo Manaouil et Evan Martin



Citer ce billet
Promotion 2024 (2024, 17 janvier). Conception et représentation des marginalités – Compte rendu de la séance du 27 octobre 2023. Master Histoire, Civilisations et Patrimoine de l'UPJV. Consulté le 14 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vm7f

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search