L’archéologie romaine en Afrique du Nord: l’exemple du site de Sbeïtla – Nicolas Lamare (MCF histoire et archéologie romaines)

Sbeïtla (Tunisie), les temples capitolins sur le forum (N. Lamare, CC-BY-NC-ND)

Pour le troisième billet de notre rubrique « Paroles d’enseignants » de l’année universitaire
2023-2024, nous nous sommes entretenues avec Monsieur Nicolas Lamare, maître de conférences en histoire et archéologie romaines à l’Université de Picardie Jules-Verne et membre de l’unité de recherche TrAme (Textes, représentations, archéologie, autorité et mémoires de l’Antiquité à la Renaissance). Cet entretien fait suite à la récente mise en place de la mission archéologique à Sbeïtla en Tunisie. Cet échange lui donne l’occasion de nous présenter ses recherches sur l’archéologie du bâti des villes romaines d’Afrique du Nord et plus particulièrement sur la perception, l’usage, le vécu et le fonctionnement de ces villes par leurs habitants.

Quel est votre parcours universitaire et professionnel?
Mon parcours universitaire débute à l’Université Rennes 2 par une licence en histoire de l’art et archéologie. J’ai ensuite rejoint l’Université Paris-Sorbonne (Paris IV) pour mon master et mon doctorat pour lequel j’ai bénéficié d’un contrat doctoral. Il s’agit d’un financement de trois ans permettant d’effectuer une thèse. Cette thèse intitulée “Les fontaines monumentales en Afrique romaine” a été préparée sous la direction de François Baratte, historien de l’art et archéologue spécialiste de l’Antiquité tardive et du Haut Moyen Âge; je l’ai soutenue en 2014. Durant mes années de thèse, j’ai eu des expériences en France et à l’étranger. J’ai obtenu deux bourses de l’École Française de Rome puis une bourse de l’Université de Brown aux États-Unis où je suis resté quelques mois, ce qui m’a offert un cadre idéal pour avancer dans mes recherches. En parallèle, j’ai enseigné à Paris Sorbonne et à Poitiers. Après la thèse, j’ai occupé des postes d’ATER à l’Université Toulouse Jean-Jaurès et à l’Université de Picardie Jules-Verne. J’ai aussi eu quelques contrats de recherches au CNRS et ai obtenu une bourse de l’Institut archéologique allemand à Berlin puis une bourse du DAAD (Office allemand d’échanges universitaires) à la Freie Universität, également à Berlin. Ensuite, j’ai décroché des contrats en Allemagne, pendant un an à l’Université Louis-et-Maximilien de Munich et de deux ans à l’Université Christian-Albrecht de Kiel comme chercheur post doctorant. J’ai désormais un poste fixe à l’Université de Picardie Jules-Verne en tant que maître de conférences en histoire et archéologie romaines et je suis co-directeur de la mission archéologique de Sbeïtla (Tunisie).

Comment définiriez-vous votre métier?
Il y a une double dimension dans le métier d’enseignant-chercheur. La part enseignement/administration me prend beaucoup de temps en raison de l’effectif important d’étudiants. Le suivi des mémoires de master est mon aspect préféré de l’enseignement; suivre un étudiant et l’accompagner dans l’appropriation de son sujet est très gratifiant. En archéologie, la recherche passe par le terrain mais aussi par un important travail en bibliothèque. Les rencontres scientifiques avec les collègues français et étrangers constituent aussi une partie importante dans mon travail de recherche. Ce que je préfère dans la recherche, c’est le plaisir de découvrir et comprendre quelque chose de nouveau sur un site archéologique.

Avez-vous toujours voulu exercer ce métier?
Je voulais faire de l’archéologie de l’Antiquité romaine depuis longtemps, mes spécialisations sont venues avec le temps. Dès la fin de la licence et le début du master, je me suis orienté vers l’Afrique romaine. Toutefois, j’hésitais entre la recherche et l’archéologie de terrain. Le choix de l’enseignement s’est fait progressivement selon les opportunités et les contrats que j’ai pu obtenir au fil du temps.

Quel est votre parcours scientifique?
Mon intérêt s’est dirigé très tôt vers le domaine de l’architecture. J’ai pu suivre des
séminaires de recherche à Paris-Sorbonne notamment ceux de Gilles Sauron, professeur
d’archéologie romaine spécialisé dans la peinture et l’architecture. Puis les cours du
professeur François Baratte, spécialiste d’Antiquité tardive et de l’Afrique romaine, ont été
très importants dans le choix de mon parcours. J’ai eu l’honneur de travailler avec l’historien, archéologue et épigraphiste Noël Duval, professeur à Paris-Sorbonne, décédé en 2018. Mon parcours scientifique s’est également construit au fur et à mesure des déplacements et séjours de recherches à l’étranger. Au Maghreb, j’ai pu découvrir des sites mais aussi la culture arabo-musulmane. J’y ai rencontré des étudiants, préparant une thèse comme moi à l’époque, qui sont devenus des amis et des collègues. Je suis allé quelques mois aux États-Unis, me donnant une autre perception de l’archéologie, plus proche de l’anthropologie avec une approche plus théorique. Puis, lors de mon séjour à l’École française de Rome, j’ai pu être en contact avec un réseau de spécialistes en
archéologie romaine. J’ai pris conscience au fur et à mesure que, y compris pour une même thématique, la recherche se fait à l’échelle internationale. Cela ouvre le champ de recherches et alimente les données utilisables pour mes propres travaux archéologiques.

Avez-vous eu des doutes ou rencontré des difficultés?
J’ai longtemps douté de la possibilité de trouver un emploi fixe dans le domaine de l’histoire et de l’archéologie anciennes. J’ai cumulé 10 ans d’années d’études et 8 ans de postes précaires. Les contrats durent rarement plus d’un an et sont entrecoupés de périodes de chômage. J’ai surmonté ces difficultés parce que j’aime mon sujet d’étude et j’ai eu la chance dans le cadre de ma recherche d’aller à l’étranger et même d’y vivre. Certes la précarité était présente mais mon parcours a été enrichissant.

Sur quels axes de recherche travaillez-vous actuellement?
Tout d’abord, je poursuis les travaux entamés sur le site archéologique de Sbeïtla en Tunisie. Nous avons commencé en 2022 avec des prospections géophysiques et des relevés par scanner laser 3D qui nous permettent de travailler sur les questions de topographie et d’urbanisme du site. En parallèle nous avons aussi fait des prélèvements de dépôts carbonatés pour explorer les questions relatives à l’hydraulique et à la pollution de l’eau pendant l’Antiquité. Ce sont des recherches non invasives, qui n’ont pas nécessité de fouilles, menées dans l’objectif de préparer des recherches futures plus importantes. Je travaille par ailleurs sur la thématique des usages, de la perception et du vécu dans la ville antique, notamment en Afrique du Nord. Je me demande comment on vivait au quotidien dans la ville romaine et comment ces différents espaces étaient utilisés et perçus à l’époque par les habitants.

Sbeïtla (Tunisie), vue zénithale du nuage de points relevé par scanner laser 3D (El M. Mouaddib /
Mission archéologique à Sbeïtla, CC-BY-NC-ND)

Qu’est-ce qui vous a poussé à travailler sur ce sujet?
J’avais travaillé sur le site de Sbeïtla durant ma thèse, c’est un site qui a été étudié par Noël Duval et François Baratte dans les années 1950 puis 1970. Il y avait un intérêt à reprendre les recherches sur ce site qui n’est plus étudié depuis quelques décennies et les travaux de l’archéologue tunisien Fathi Bejaoui. Concernant l’autre thématique, je l’avais déjà abordée dans ma thèse avec les fontaines, je me questionnais sur l’utilisation, la fréquentation et la perception des monuments, et non uniquement sur le seul aspect technique de la construction. Il s’agit de rechercher des traces parfois très peu visibles dans la pierre, sur le sol et les murs qui peuvent indiquer comment les habitants ont vécu dans tel ou tel espace afin de restituer la vie quotidienne de manière précise. Par exemple, les ornières peuvent nous renseigner sur la circulation dans la ville.

Timgad (Algérie), arc dit « de Trajan ». Noter les ornières dans la voie visibles au premier plan
(d’après N. Ammari, CC-BY-SA-3.0)

Comment votre travail s’inscrit-il dans les domaines de recherche actuels et dans leurs
historiographies?

Sur le terrain, mon travail intègre les nouvelles technologies (le scanner laser 3D et la géophysique) ainsi que l’apport des sciences naturelles (les analyses chimiques). L’utilisation des analyses chimiques n’est pas récente mais on y recourt de plus en plus pour comprendre des phénomènes vastes comme le climat et l’environnement. Ce sont deux thématiques populaires actuellement. L’idée est de rechercher les solutions mises en œuvre par les sociétés passées face au changement climatique afin d’en tirer des enseignements pour notre situation actuelle.

Pour l’autre partie, il faut revenir sur l’histoire des études d’architecture romaine qui a été bien évaluée par Henner von Hesberg et Johannes Lipps dans leur article “L’architecture romaine, évolution d’un champ d’études depuis les années 1950” (Perspective, 2, 2010, p. 215-239). La question des usages et de la vie quotidienne sont des thématiques qui se développent depuis une trentaine d’années dans les pays anglo-saxons et cela concerne majoritairement des sites d’Italie comme Pompéi et Rome. Ainsi il est intéressant d’explorer ces questionnements dans un autre espace géographique.

Quelles sont vos sources ? Comment les choisissez-vous?
Ce sont principalement des sources archéologiques, matérielles et architecturales au sens large. Ce sont les bâtiments publics, privés, des constructions encore visibles ou découvertes lors des fouilles. Principalement ce sont des constructions urbaines, des rues et des espaces publics. En complément, j’utilise l’épigraphie, il s’agit de l’étude scientifique des inscriptions gravées. L’épigraphie me permet notamment d’étudier le financement des constructions.

Quels sont les enjeux méthodologiques et épistémologiques liés à l’utilisation de ces
sources?

L’un des problèmes, dans la zone dans laquelle je travaille, ce sont les fouilles anciennes du XIXe siècle qui n’ont pas pris en compte la stratigraphie qui permet normalement d’étudier l’évolution de l’occupation d’un site. Par ailleurs, les archéologues du XIXe siècle ont détruit des parties des constructions qui dataient de l’Antiquité tardive dont on n’a plus de traces archéologiques. Afin de combler ces manques, nous devons travailler à partir d’archives, notamment les carnets et les notes de fouilles des XIXe et XXe siècles. Ces notes permettent de repérer les manques et les aspects de ces constructions grâce aux dessins et à la photographie. En plus des sources purement archéologiques, les sources épigraphiques sont intéressantes car elles sont locales. En archéologie, on utilise aussi des sources littéraires : sauf pour l’Afrique, cependant, cela concerne rarement les sites que l’on étudie mais plutôt d’importantes cités comme Carthage. Parmi les enjeux épistémologiques, il y a l’apport des nouvelles technologies qui fournissent de nouvelles données mais qui ne répondent pas en elles-mêmes à nos questionnements. C’est
aux archéologues de les utiliser à bon escient pour pouvoir proposer une interprétation. C’est un apport nouveau à intégrer dans notre réflexion archéologique et historique.

Quelles sont vos publications les plus récentes et les plus représentatives de votre
recherche?

J’ai eu la chance de pouvoir publier ma thèse en 2019 dans la collection de l’École française de Rome et elle a reçu en 2020 la médaille Toutain-Blanchet de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres. En 2020, j’ai co-édité un numéro thématique de la revue Antiquité tardive intitulé “L’eau dans la ville tardo-antique”. J’ai également publié un article sur l’eau dans les villes d’Afrique byzantine dans la revue américaine Journal of Roman Archaeology en 2022. C’est un prolongement de la thématique de ma thèse et cela a permis de clore un chapitre de recherche qui concerne l’hydraulique à la fin de l’Antiquité.
L’un de mes derniers articles intitulé “Memory and the urban environment: experiencing the streets of Severan Timgad” a été publié dans la revue Libyan Studies en 2022 et traite du rapport entre le paysage urbain et la mémoire collective. C’est un article représentatif de mon nouveau thème de recherche.

Quelle est votre actualité scientifique?
Je termine ou commence plusieurs articles en collaboration, le premier sur l’histoire de l’archéologie en Algérie avec Juliette Lavie, spécialiste d’histoire de la photographie. Le second article fait suite à une communication dans un colloque à Berlin en septembre 2023 avec une collègue philologue, Chiara Thumiger, spécialiste notamment de textes de médecine antique. Puis en avril 2024, j’ai participé à un colloque à Tunis “Gestion, usages et cultes de l’eau dans la Méditerranée occidentale dans l’Antiquité”, où j’ai abordé les systèmes d’évacuation des eaux dans les villes romaines d’Afrique.

La prochaine étape de terrain est une mission en équipe à Sbeïtla au mois d’avril 2024, dans le cadre du projet “DigiPat-Patrimoine digital” financé par le Contrat plan État-région “Anamorphose” en partie soutenu par la région Hauts-de-France et le laboratoire TrAme de l’Université de Picardie Jules-Verne.

Pourriez-vous nous expliquer l’organisation du projet archéologique de la mission à
Sbeïtla?

Il s’agit d’un projet de collaboration entre l’Université de Picardie Jules-Verne et l’Institut national du patrimoine de Tunisie avec mon collègue Mohamed Ben Nejma. En tant que co-directeurs nous devons décider de la problématique de la fouille et des moyens par lesquels nous obtiendrons des réponses à nos problématiques. La recherche de financements auprès de diverses institutions nous prend aussi beaucoup de temps. Pour ce qui est de la partie très pratique, nous devons encore organiser la mission, le calendrier et composer une équipe ayant envie de collaborer avec nous sur le projet.

Le site de Sbeïtla a été successivement occupé par différentes populations, cela
complique-t-il le travail de l’archéologue?

L’occupation du site par différentes populations complique le travail mais c’est le principe de l’archéologie. A priori la ville de Sufetula est une création des Romains mais des tribus locales vivaient déjà dans la région. Elle est ensuite occupée par les Vandales et reconquise par les Byzantins. D’ailleurs, Sbeïtla est le lieu d’une bataille entre les Arabes et les Byzantins en 647 au moment de la conquête arabe de l’Afrique du Nord.

Quelles sont vos perspectives de recherche futures?
Nous allons mettre en place des fouilles archéologiques d’ampleur à Sbeïtla sur plusieurs années, ce qui est désormais possible grâce aux financements obtenus auprès du Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères et de l’École française de Rome. Afin de nourrir mes recherches, je voudrais poursuivre mes travaux sur le thème des usages et de la perception des villes romaines d’Afrique. Cela nécessite d’aller sur le terrain afin d’observer un certain nombre de sites tout en complétant l’étude avec des recherches en bibliothèque et en archives.

Billet rédigé par Ambre Hamon ( M1 Métiers des archives et technologies appliquées), Annabelle Penet (M1 Phénomène Guerrier) et Abigael Vilquin (M1 Phénomène Guerrier).



Citer ce billet
Promotion 2024 (2024, 26 avril). L’archéologie romaine en Afrique du Nord: l’exemple du site de Sbeïtla – Nicolas Lamare (MCF histoire et archéologie romaines). Master Histoire, Civilisations et Patrimoine de l'UPJV. Consulté le 13 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/wb7i

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search