De l’histoire des femmes et de la santé des enfants aux XVIIIe et XIXe siècle à l’étude de la surdité à l’époque moderne – Emmanuelle Berthiaud (MCF histoire moderne)

Pour le quatrième billet de notre rubrique « Paroles d’enseignants » de l’année universitaire 2023-2024, nous nous sommes entretenues avec Madame Emmanuelle Berthiaud, maîtresse de conférences en histoire moderne à l’Université de Picardie Jules-Verne et membre du CHSSC (Centre d’Histoire des Sociétés, des Sciences et des Conflits). Cet entretien fait suite à la journée d’étude qu’elle a co-organisée avec Audrey Duru et Scarlett Beauvalet autour des « expériences sourdes » (XVIe-XVIIIe siècles), le 16 novembre 2023 au Musée de Picardie (Amiens). Plus largement, cet entretien a permis de retracer les recherches de Mme Berthiaud depuis ses travaux sur le vécu et les représentations de la grossesse aux XVIIIe et XIXe siècles en France et de revenir sur l’organisation d’une journée d’étude en histoire moderne. 

Quel est votre parcours universitaire et professionnel ?

Mon parcours est plutôt atypique. Contrairement à la plupart de mes collègues, j’ai réalisé l’ensemble de mon cursus à l’université, sans passer par les classes préparatoires après le baccalauréat. J’ai d’abord été  attirée par les métiers de la conservation du patrimoine; je voulais donc faire des études associant histoire et histoire de l’art, ce qui n’était possible qu’à l’université. J’ai ainsi suivi à l’Université François Rabelais de Tours une double licence d’histoire et d’histoire de l’art, puis en 1997 une maîtrise d’histoire ancienne (équivalent du Master 1). J’ai choisi cette période car j’avais un enseignant passionnant, Manuel Royo, qui m’a proposé comme sujet de mémoire : « La parure monumentale des agglomérations du centre de la Gaule (Ier-IIIe siècle ap. J.-C.) ». Cela m’a permis de découvrir que la recherche m’intéressait beaucoup. Je souhaitais cependant toujours entrer à l’Institut national du patrimoine mais le concours étant difficile, on m’a conseillé de passer d’abord le CAPES et l’agrégation, que j’ai tous deux obtenus en 1998. Les questions de ces deux concours de l’enseignement m’ont permis de découvrir de nouvelles thématiques ; j’ai pu notamment travailler sur « les Européens et la mer au XVIIIe siècle ». Par ce biais, j’ai découvert des historiens comme Daniel Roche et, en histoire contemporaine, je me suis initiée à l’histoire des femmes en lisant Michelle Perrot ou à l’histoire des sensibilités avec Alain Corbin. J’ai aussi réalisé en préparant les concours que le métier d’enseignant me plaisait et que je n’avais pas envie d’abandonner la recherche. Néanmoins, mes centres d’intérêt ayant évolué, j’ai souhaité changer de période et de sujet. J’ai donc repris un cursus de recherche en entamant un DEA (équivalent du Master 2) d’histoire sociale et culturelle du XIXe siècle à l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne, sous la direction d’Alain Corbin et de Christophe Charle. Mon sujet de mémoire s’intitulait alors « Les femmes enceintes : vécu et représentations en France (milieu XVIIIe-début XXe siècle) ». Suite à l’obtention en 2002 de mon DEA, j’ai eu envie de continuer en thèse, mais Alain Corbin prenant sa retraite, il m’a orienté vers Scarlett Beauvalet, professeure d’histoire moderne à l’Université de Picardie Jules-Verne. J’ai mené mes recherches de thèse tout en enseignant dans différents lycées de Picardie. Cette thèse, « Attendre un enfant : Vécu et représentations de la grossesse aux XVIIIe et XIXe siècles (France) » a été soutenue en 2011 devant un jury composé de Jean-Pierre Bardet, Scarlett Beauvalet, Anne Carol, Sylvie Mouysset et Marion Trévisi. J’ai ensuite enseigné à l’Université de Picardie Jules-Verne à partir de 2013 en tant que vacataire, puis à partir de 2016 en tant que PRAG et depuis 2021 je suis maîtresse de conférences en histoire moderne. 

Comment avez-vous choisi votre sujet de recherche ? 

Je n’ai pas tout de suite trouvé mon sujet de recherche en DEA ; j’hésitais entre la culture matérielle, l’alimentation et l’histoire du corps et des sensibilités aux XVIIIe et XIXe siècles. Je souhaitais surtout trouver un sujet de thèse qui puisse résonner avec des préoccupations contemporaines et mes centres d’intérêt personnels. C’est pour cela que je me suis orientée vers l’histoire des femmes et du corps féminin. J’ai passé en revue les travaux déjà menés sur le sujet et j’ai constaté que ce qui concernait la sexualité ou l’accouchement avait déjà été bien traité, contrairement à la grossesse, alors qu’il s’agit d’un objet historique particulièrement riche : c’est un état fréquent, qui a une évidente composante biologique mais aussi une dimension culturelle essentielle et dont les enjeux sont multiples. Étant liée à la sexualité, à la filiation et à la santé, la grossesse inquiète et intéresse bien au-delà de la sphère féminine. Ce sujet « carrefour » m’a donc permis de travailler sur des thèmes et des sources très variés et il pouvait permettre d’éclairer nos représentations contemporaines de la maternité. Je ne voulais pas seulement aborder ce thème par le regard masculin et médical, ou celui des représentations et des discours, mais aussi par le biais du vécu féminin. J’ai donc proposé ce sujet à Alain Corbin qui a jugé l’idée intéressante et m’a incité à poursuivre mes recherches en ce sens.


Jacques Fabien Gautier d’Agoty, Femme enceinte, de profil, avec muscles partiellement apparents et fœtus visibles, gravure au burin coloriée illustrant Anatomie des parties de la génération de l’homme et de la femme, Paris, 1773.

Comment définiriez-vous votre métier ?

L’objet qui définit le mieux le métier d’enseignant-chercheur est le couteau-suisse. L’intitulé du métier donne l’impression que celui-ci se limite à l’enseignement et à la recherche mais ces activités ont des facettes extrêmement variées et demandent des compétences multiples (intellectuelles, organisationnelles, pratiques, humaines, etc.). Il faut y ajouter de nombreuses tâches administratives particulièrement chronophages. Cette polyvalence est d’autant plus flagrante que l’Université de Picardie Jules-Verne est une structure de taille moyenne et que l’enseignement universitaire est sous-doté en moyens humains et financiers, il y a donc beaucoup de tâches qui reposent sur les enseignants-chercheurs. Je suis par exemple responsable depuis 2022 des L1 de l’UFR d’Histoire-géographie et cette fonction me prend beaucoup de temps (information des étudiants, organisation pédagogique, coordination, etc.), souvent au détriment de la recherche.

Cela reste néanmoins un métier passionnant et j’aime beaucoup enseigner, tant le fait de transmettre mon savoir que le contact avec les étudiants. J’ai apprécié d’être professeure d’histoire-géographie dans le secondaire, mais en tant qu’enseignante-chercheuse cela me plaît de pouvoir désormais articuler l’enseignement avec la recherche. 

Avez-vous toujours voulu exercer ce métier ?

Je n’ai pas toujours voulu être enseignante ; je souhaitais initialement construire mon propre parcours sans forcément suivre celui de mes parents qui étaient enseignants. J’ai cependant voulu faire de l’histoire car la matière m’a toujours passionnée. L’enseignement est un choix qui s’est imposé à moi lorsque je préparais le CAPES et l’agrégation, je me suis rendue compte que c’était le métier que je voulais faire. La conservation du patrimoine m’intéressait aussi mais il y avait finalement beaucoup de tâches administratives ou de gestion d’équipe qui m’intéressaient moins, et les épreuves de langue au concours auraient pu constituer une difficulté pour moi. Je me suis donc tournée vers l’enseignement et la recherche, sans jamais le regretter. Par ailleurs, dans le cadre de mes projets de recherches actuels, je travaille sur des collections et avec des conservateurs de musée, je peux donc finalement allier mon intérêt pour le patrimoine et l’histoire. 

Avez-vous eu des doutes ou avez-vous rencontré des difficultés ?

Je n’ai pas vraiment eu de doutes quant à mes choix de carrière ou mes sujets de recherche. Ma principale difficulté pendant longtemps a été de cumuler une charge d’enseignement à temps complet dans le secondaire avec mes recherches doctorales. C’est la raison pour laquelle j’ai mis longtemps à finir ma thèse. Lorsque j’enseignais dans le secondaire, j’ai pu dégager des moments pour mes recherches grâce à des proviseurs et des collègues bienveillants. J’ai toutefois connu une période plus délicate pendant deux ans d’enseignement dans des collèges difficiles à Paris mais j’ai ensuite obtenu le poste de PRAG à l’Université de Picardie Jules-Verne. Les difficultés propres à mon travail de recherche sont le risque de l’éparpillement sur différents thèmes ainsi que la longue période chronologique, à cheval sur l’époque moderne et contemporaine. 

Quel est votre parcours scientifique ?

Depuis mon doctorat, mes recherches personnelles se sont orientées dans trois directions principales, tout en restant dans la continuité de mes recherches initiales. 

Un de mes principaux axes de recherche concerne la maternité et ses représentations, dans une perspective d’histoire sociale et culturelle. Je me suis en particulier intéressée à la figuration de la maternité et la place du corps dans la culture visuelle, notamment à travers le livre Enceinte. Une histoire de la grossesse entre art et société, publié en 2013. J’ai également écrit plusieurs articles qui s’inscrivent dans ce champ des Visual Studies. J’ai cependant élargi peu à peu mes recherches à la parentalité en général et aux identités, articulées à la question du genre, comme en témoigne l’ouvrage co-écrit avec Scarlett Beauvalet, Le rose et le bleu. La fabrique du féminin et du masculin, XVIe-XXe siècle, paru en 2016. J’ai également abordé les questions de genre dans le manuel auquel j’ai participé pour la question de spécialité du concours 2022 de l’École normale supérieure, intitulé Les femmes en France dans la société d’Ancien Régime, co-écrit avec Charlotte Fuchs et Sylvie Le Clech (2021).

Après m’être longuement consacrée aux mères, je m’intéresse aujourd’hui particulièrement à la question des pères depuis l’époque moderne. Au cours de mes recherches sur la grossesse, je ne m’attendais pas à trouver autant de pères impliqués dans la naissance de leur enfant. Dans cette perspective, j’ai organisé avec Isaure Boitel un colloque à l’Université de Picardie Jules-Verne en 2022 sur l’histoire des pères et de la paternité en Occident. Il doit être publié en 2025 sous le titre Être père. Une histoire plurielle de la paternité (XVe-XXe siècle) aux éditions du Septentrion. Je dois également consacrer un prochain article à la grossesse et l’accouchement comme tournant et révélateur des relations conjugales (XVIIIe-XIXe siècles). Il s’agit en effet d’une expérience qui redéfinit les identités en termes de genre, qui peut rapprocher le couple ou alors au contraire le séparer.

J’ai également beaucoup travaillé sur les écrits personnels, non seulement en tant que source pour étudier les vécus et les représentations des individus, mais aussi en tant que pratique culturelle; ceux-ci ont en effet un rôle dans la construction des identités et comme moyen d’action. J’ai ainsi co-organisé en 2015 un colloque à Amiens, puis dirigé un ouvrage collectif (2017, Le Manuscrit) sur le thème : Paroles de femmes. Rôles et images de soi dans les écrits personnels, Europe, XVIe-XXe siècle. J’ai poursuivi cette démarche en travaillant sur les écrits personnels de Marie-Thérèse Ollivier, épouse d’Émile Ollivier, ministre de Napoléon III, ce qui m’a permis d’écrire deux articles l’un dans la revue Parlement(s), l’autre dans la Revue d’histoire du XIXe siècle. J’espère pouvoir prochainement publier et faire une édition critique du journal de Marie-Thérèse Ollivier.

Enfin, je m’attache depuis quelques années à explorer un nouvel axe de recherches consacré à la santé, aux maladies et à la médecine des enfants de la Renaissance au XIXe siècle en Europe, dans la perspective d’une Habilitation à Diriger des Recherches. Dans cette optique, j’ai co-organisé en collaboration avec l’Académie de médecine le colloque « Prévenir, accueillir, guérir : la médecine des enfants de l’époque moderne à nos jours en Europe », en 2018; les actes sont parus en 2021 (éd. du Septentrion). J’y ai présenté le début d’un travail de recherche consacré à la douleur de l’enfant et sa prise en charge par les médecins depuis la Renaissance. Ce sujet présente l’intérêt d’articuler un aspect important de l’histoire de la médecine et de l’histoire de l’enfance, avec la question des émotions et des sensibilités. Il est aussi très révélateur de la manière dont on a considéré l’enfant au cours du temps. Cette recherche a été prolongée par un article de synthèse historiographique et bibliographique sur la santé maternelle et infantile du XVIe au XIXe siècle, paru en 2020 dans les Annales de Démographie Historique

Enfin, je participe actuellement à un projet de recherche avec d’autres collègues : Savoirs et usages médicaux du sang (XVIe-XXIe siècles). Cela va me permettre de poursuivre certains de mes travaux d’histoire de la médecine, en abordant la question des échanges sanguins entre la mère et l’enfant pendant la grossesse et le rôle du placenta, longtemps méconnu. Enfin, j’ai également un projet d’article pour 2025 sur la mort du fœtus et du nouveau-né vu par les médecins (XVIIe-XIXe siècle).


Gaston Mélingue, Jenner inoculant le virus de la vaccine, 1879, Bibliothèque de l’Académie de médecine, cliché Philippe Fuzeau

Sur quels axes de recherche travaillez-vous actuellement avec d’autres chercheurs ?

En complément de ce projet sur le sang, je travaille en ce moment à un autre projet collectif sur l’histoire de la surdité à l’époque moderne avec Audrey Duru (professeure de langue et littérature françaises à l’Université de Picardie Jules-Verne) et Scarlett Beauvalet. J’ai été sollicitée par cette dernière afin d’explorer des sources médicales sur ce thème en lien avec mes centres d’intérêt précédents, notamment avec l’histoire des sensibilités et de l’enfance.  J’étudie également le cabinet de curiosités de l’abbaye de Saint-Jean, situé à Amiens, parce que Étienne de Fay, un pensionnaire sourd de cette abbaye aurait illustré le catalogue manuscrit recensant les objets du cabinet de curiosités. Cette source n’a jusque-là pas été exploitée mais je dois faire appel à des spécialistes pour m’aider à l’étudier car cela nécessite des ressources et une expertise qui implique un travail d’équipe. 

Dans le cadre de ce projet, j’ai co-organisé une journée d’étude le 16 novembre 2023 autour de la surdité : « Les expériences sourdes dans leur environnement, de la Picardie au territoire français (XVe-XVIIIe siècles) ». Nous travaillons actuellement à la publication des actes, prévue en 2025 dans la Revue du Nord. Ce travail éditorial prend beaucoup de temps car il faut relire et corriger toutes les contributions des intervenants ainsi que nos propres textes. Avec ma collègue Audrey Duru, nous avons en effet co-écrit l’introduction et un article sur Étienne de Fay. 


Cabinet de curiosités de l’abbaye Saint-Jean, dessin Étienne de Fay dans Explication du cabinet de la bibliothèque de Saint Jean d’Amiens, selon l’ordre des planches dessinées par M. de Faye, BM Amiens, Ms 400 E, p. 8.

En quoi Étienne de Fay est-il important dans l’histoire de la surdité ?

Le parcours et le rôle d’Étienne de Fay (vers 1669-1746) ne sont pas faciles à saisir. La communauté sourde, qui a voulu écrire l’histoire des Sourds, en a fait une figure presque mythique de savant, d’artiste et de pédagogue « sourd-muet », précurseur de l’abbé de l’Épée (connu pour avoir créé une école pour enfant sourd pauvres à Paris à la fin du XVIIIe siècle). En réalité, certains aspects de la vie d’Étienne de Fay ne sont pas attestés. Cependant, il reste un personnage exceptionnel car encore au début du XVIIIe siècle, les sourd étaient souvent considérés comme des « idiots » et étaient rarement instruits. Étienne de Fay a eu accès au savoir et l’a transmis à des élèves sourds comme lui. Il a probablement aussi eu un rôle dans les travaux de l’abbaye au XVIIIe siècle et en illustrant le catalogue du cabinet de curiosités de Saint-Jean. Son parcours est donc remarquable et, contrairement à beaucoup d’autres sourds, il a laissé diverses traces dans les sources que nous sommes en train de recenser et d’analyser.

Pourquoi avoir choisi le musée de Picardie pour la journée d’étude ?

Nous avons choisi le musée de Picardie parce que certains objets du cabinet Saint-Jean dessinés par Étienne de Fay y sont toujours conservés et exposés et que François Seguin, conservateur du patrimoine et responsable des collections médiévales et des objets d’art, était très intéressé à l’idée de collaborer à notre projet. Il nous paraissait également intéressant de pouvoir valoriser notre travail sous la forme d’une journée d’étude et peut-être plus tard d’une exposition ou d’autres activités de médiation scientifique en associant des acteurs locaux, pour pouvoir toucher un public plus large. Il y a aussi une raison très concrète et matérielle qui explique le choix du lieu : ce type de partenariat nous a permis d’obtenir un financement de la région. 

La journée d’étude croise l’histoire et d’autres disciplines. En quoi cela enrichit-il le thème de la surdité à l’époque moderne ?

L’interdisciplinarité est une démarche qui m’intéresse beaucoup. Ce n’est pas toujours facile parce que les méthodes de travail et la manière d’aborder les sources ne sont pas les mêmes selon les disciplines. Cependant, cela peut aussi être très enrichissant et permettre un regard renouvelé sur une source ou un sujet donné. Dans le cadre de notre journée d’étude, les interventions de chercheurs en droit et en littérature m’ont par exemple beaucoup appris, par exemple sur la surdité et son instrumentalisation dans le champ littéraire. Pour mon travail sur les cabinets de curiosité, les travaux de Myriam Marrache-Gouraud (professeure de littérature française à l’Université de Poitiers), sur les catalogues des cabinets de curiosités m’ont donné de nouvelles perspectives sur la source que j’étudie. 

Déjà dans mon travail de thèse, j’avais trouvé que le recours à d’autres sciences humaines que l’histoire (sociologie, histoire de l’art, psychologie ou littérature) était très utile pour appréhender mon sujet, mobiliser de nouveaux concepts et enrichir les problématiques ou les analyses.

Comment votre travail s’inscrit-il dans les domaines de recherche actuels et dans leurs historiographies ?

Les recherches menées depuis ma thèse de doctorat s’inscrivent dans le courant de l’histoire culturelle et en particulier l’histoire des représentations. Mais il s’agit aussi d’une histoire sociale qui essaye d’articuler les représentations avec les vécus et les expériences personnelles des individus. Mon travail est à la jonction de plusieurs champs historiques : l’histoire du corps et des sensibilités, l’histoire de la maternité et de l’enfance, l’histoire du genre, l’histoire sociale de la médecine, etc. J’utilise également des approches et des ressources mises à dispositions par d’autres courants historiographiques comme la micro-histoire. C’est le cas en particulier pour mon travail sur Marie-Thérèse et Émile Ollivier qu’on peut étudier en tant qu’individus et en tant que couple car ils ont laissé de nombreuses archives personnelles (mémoires, journaux, correspondance). 

Le champ de recherche le plus récent et le plus nouveau pour moi est l’histoire du handicap et de la déficience sensorielle. C’est un domaine bien exploré par les sciences humaines anglo-saxonnes (Disability Studies) mais dans lequel les Français ont longtemps accusé un certain retard, qui est en train de se combler. Il n’est pas facile de s’approprier toute la bibliographie et l’historiographie d’un champ si vaste, ni d’intervenir dans ce domaine en tant que personne valide sans avoir toujours l’expertise nécessaire sur ces sujets sensibles.

Finalement, le point commun entre mes différents domaines de recherches, ce sont les marges : les femmes, les enfants et les personnes handicapées, qui n’ont longtemps guère compté dans l’histoire ou peu témoigné par eux-mêmes. J’ai à cœur de mieux faire connaître leurs parcours et leurs expériences aux époques passées. 

Quelles sont vos sources ?

Dès le début de mes recherches de thèse, je ne souhaitais pas utiliser un seul type de sources. Il était important pour moi de croiser les vécus et les représentations de la grossesse, donc d’utiliser à la fois des sources normatives (religieuses, médicales, juridiques, etc.) mais aussi des sources permettant d’atteindre les ressentis individuels, comme les écrits personnels. De manière générale, quand on travaille sur des sujets tels que les femmes et les enfants, on est obligé de multiplier les sources et il a fallu que j’« invente » mes sources pour créer mon corpus. C’est ce qui a été développé par l’histoire des mentalités : pour faire l’histoire de ce qui n’a a priori pas d’histoire, il « faut faire feu de tout bois », c’est-à-dire multiplier les types de documents, revisiter des sources parfois connues en les interrogeant de manière nouvelle et les croiser. 

Pour la thèse, je me suis appuyée sur deux grands types de sources : les écrits du for privé et les sources médicales. J’ai aussi rassemblé un corpus iconographique sur les représentations de la grossesse et des sources matérielles comme des vêtements de grossesse. J’avais également d’autres sources plus secondaires, comme les sources judiciaires, déjà bien utilisées par les historiens pour étudier les « déviances » de la maternité. Ces sources étaient néanmoins importantes car elles permettaient d’atteindre les femmes issues des milieux populaires, qui n’écrivent guère et ne sont pas bien représentées dans l’iconographie. Or, on les trouve nombreuses dans les affaires d’avortement, d’infanticides ou les déclarations de grossesses; ces sources ont cependant l’inconvénient de sur-représenter les grossesses qui se passent mal. J’ai également fait des sondages dans d’autres types de sources, comme les sources de l’assistance, ou repris des sources déjà exploitées par d’autres mais sous un autre angle comme les proverbes rassemblés par des folkloristes du XIXe siècle auprès de populations paysannes et qui donnent des informations sur les croyances et les comportements populaires ; ces sources sont cependant parfois complexes à interpréter.

Dans mes travaux récents sur l’histoire de la médecine et de la santé des enfants, je travaille surtout sur des sources médicales, mais cela m’intéresse aussi d’intégrer le point de vue de l’enfant et de son entourage, ce qui m’amène à mobiliser à nouveau les écrits personnels. Pour l’histoire de la surdité, je suis confrontée à des documents nouveaux pour moi (archives notariales, sources religieuses, chroniqueurs) et pour la première fois à des sources locales, car je n’avais jusque-là jamais travaillé sur de la documentation amiénoise ou même picarde. Je ne suis pour le moment qu’au commencement de mes recherches mais je trouve intéressant de pouvoir explorer les Archives départementales et le fonds ancien de la Bibliothèque municipale d’Amiens à la recherche d’informations utiles pour ces travaux. 


Extrait du journal de Marie-Thérèse Ollivier, début du carnet 2 (sept. 1871- sept. 1873), Archives nationales Paris, cote 542 AP/46

Comment choisissez-vous vos sources ?

Il y a une part de hasard dans le choix des sources, notamment pour les écrits personnels car la masse de document potentiellement utilisable est énorme et il n’est pas facile d’y repérer les informations utiles. J’ai mis en œuvre une double stratégie pour mes recherches sur la grossesse. La première était de partir des travaux d’historiens sur les femmes, le couple et la famille qui mentionnaient des sources qui pouvaient être utiles pour réaliser une histoire de la grossesse. J’ai aussi exploité des écrits personnels déjà édités mais pas forcément exploités jusque-là sous l’angle qui est le mien, comme la correspondance de Madame de Sévigné. J’ai ainsi beaucoup lu de mémoires et de journaux féminins et masculins des XVIIIe et XIXe siècle en traquant toutes les mentions possibles de femmes enceintes. Mon autre stratégie était de collecter des archives privées inédites, en cherchant notamment dans les inventaires des fonds privés aux Archives nationales car on peut repérer l’existence de journaux ou de correspondances familiales, ainsi que des informations biographiques sur les individus. Quand il est fait mention d’enfants et de leurs dates de naissance, on peut chercher dans les écrits privés les passages correspondant aux neuf mois qui précèdent la naissance, et souvent on trouve des informations sur la grossesse. Cette méthode, qui compte une grande part de hasard, pose aussi la question de la représentativité des cas recensés. Le problème peut être en partie surmonté en multipliant les cas individuels et en repérant les éléments convergents entre eux pour pouvoir « monter en généralité ».  

Comment analysez-vous ces sources nombreuses et très variées ?

La diversité des sources et leur ampleur très variable (parfois une citation d’une ligne, parfois une correspondance volumineuse) a impliqué une organisation matérielle assez lourde. Mon point de départ a été d’abord d’établir une fiche pour chaque source, puis pour pouvoir croiser les sources, de constituer une grille d’analyse pour chaque grand type de source afin d’y intégrer toutes les informations trouvées lors de ma collecte. Il a fallu constituer des rubriques à partir des thèmes rencontrés dans les sources pour classer les informations recueillies : par exemple, le diagnostic de grossesse (quand est-il établi ? comment ? par qui ?) ou des fausses-couches sont assez vite apparus comme des sujets importants. J’ai complété cette grille au fur et à mesure grâce à mes lectures et en y intégrant peu à peu mes citations. L’intérêt est que cela m’a permis de faire émerger facilement le plan de la thèse et de me fournir toute la matière nécessaire au moment de rédiger.

Quels sont les enjeux méthodologiques et épistémologiques liés à l’utilisation de ces sources ?

L’enjeu principal pendant la thèse était de donner du sens à des sources variées et très éparpillées. Il fallait associer à la fois des expériences vécues avec des représentations et un cadre normatif et jongler avec les échelles macro et micro-historiques. La nouveauté de mon approche était justement d’avoir systématiquement croisé le vécu des femmes enceintes et de leur entourage, avec le point de vue des sciences (notamment de la médecine), de diverses autorités (Église, justice…), voire de la société dans son ensemble (appréhendée notamment par la littérature et l’art). L’intérêt n’était pas d’accumuler et de juxtaposer les points de vue mais de croiser en permanence les analyses pour avoir une vue globale du phénomène étudié et de percevoir comment vécus et représentations interagissent.

Quelles sont vos perspectives dans le futur?

La difficulté pour moi est de mener plusieurs recherches sur des sujets parfois très différents en même temps. Pour le moment, ce sont les projets collectifs qui occupent l’essentiel de mon temps dédié à la recherche, ainsi que les activités de médiation scientifique. Je suis par exemple intervenue en janvier 2024 à Rennes dans un congrès réunissant des médecins et des psychiatres et consacré au thème de la violence en périnatalité. Le point de vue d’une historienne sur la question les a beaucoup intéressés et cela m’a permis d’établir des contacts qui vont déboucher sur des collaborations avec le monde médical et la société civile. La possibilité de diffuser les résultats de mes recherches et d’éclairer des débats contemporains est un aspect de mon travail que j’apprécie beaucoup. L’enjeux reste de trouver du temps pour mener mes travaux personnels en vue d’une HDR (habilitation à diriger des recherches) ; c’est la raison pour laquelle je solliciterai un congé de recherche pour 2024-205 afin de vraiment pouvoir me consacrer pleinement à mon sujet d’étude.

Billet rédigé par Ambre Hamon ( M1 Métiers des archives et technologies appliquées), Annabelle Penet (M1 Phénomène Guerrier) et Abigael Vilquin (M1 Phénomène Guerrier).



Citer ce billet
Promotion 2024 (2024, 31 mai). De l’histoire des femmes et de la santé des enfants aux XVIIIe et XIXe siècle à l’étude de la surdité à l’époque moderne – Emmanuelle Berthiaud (MCF histoire moderne). Master Histoire, Civilisations et Patrimoine de l'UPJV. Consulté le 14 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/11r2n

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search